Au cœur de la réflexologie

Il y a quelques années, on m’a demandé d’être l’orateur principal de la conférence de la New Zealand Reflexology Association. On m’a dit que je devais prévoir que mon discours principal durerait une heure et demie. Aujourd’hui, j’ai présenté de nombreux ateliers, formations et exposés, mais je n’ai jamais été un orateur principal, donc c’était quelque chose de nouveau pour moi. Que devais-je prévoir pour le discours d’ouverture de leur conférence ? Avec une heure et demie, on m’a dit de donner le ton de leur événement du week-end. Je ne savais certainement pas ce que j’allais dire. Lorsque j’ai commencé à travailler sur mon discours, j’ai décidé de le relier à leur thème, qu’ils ont appelé « Au cœur de la réflexologie ». Ce thème était lié au Magicien d’Oz puisque c’était leur 10e anniversaire et que 10 ans se rapportent à l’étain, d’où l’Homme d’étain qui cherchait un cœur.

TROUVER MON CHEMIN DE RÉFLEXOLOGIE LE LONG DE LA ROUTE DE BRIQUES JAUNES

Les enseignants spirituels nous disent que la meilleure façon de découvrir notre véritable objectif est de comprendre d’abord qui nous sommes vraiment. Cela signifie qu’il faut savoir comment nous pensons, quelles sont nos croyances limitantes et ce qui nous rend curieux et intéressés par quelque chose. En tant que réflexologues, notre curiosité et l’amour de notre profession nous en disent long sur nous-mêmes. Il y a quelque chose de magique dans la réflexologie qui nous maintient dans le jeu et nous rend curieux d’explorer davantage cette merveilleuse modalité de guérison.

Chacun de nous a ses propres raisons de continuer cette pratique et de rester sur la route de brique jaune en cherchant à clarifier notre parcours au fur et à mesure. Et tout comme l’homme de fer blanc, le lion, l’épouvantail et Dorothy, nous suivons nos chemins là où ils nous mènent – chacun pour ses propres raisons et chaque étape du chemin clarifie davantage le voyage lui-même.

Mon voyage a commencé il y a environ 45 ans, peu après la mort de mon premier mari, alors que j’avais 27 ans. J’avais deux petites filles et c’était au début des années 70. Pour quelqu’un d’aussi âgé que moi, vous vous souviendrez que les années 70 ont été une période de confusion, de profonds changements dans la façon dont les gens menaient leur vie, remettant en question le système, faisant tanguer le bateau, et amenant de nombreuses personnes âgées à se gratter la tête et à se demander ce que nous sommes devenus en tant que race humaine. J’ai décidé de quitter ma petite ville natale dans l’État de New York pour la grande ville de Toronto afin de poursuivre mes études. Je voulais apprendre à être moi même selon mes propres termes et je voulais définir mon propre chemin.

C’était parfois effrayant, mais je me suis dit, comme Dorothy qui cherchait à rentrer chez elle, que j’avais besoin de découvrir mon propre chemin, le fondement de ce que je suis. Au cours de ce voyage, j’ai eu la chance d’épouser Bill, qui était également veuf et avait un petit fils. En fusionnant nos familles, nous sommes devenus la Brady Bunch.

Bill m’a initiée à la méditation, ce qui m’a amenée à suivre ma première formation de professeur de yoga à Toronto. Un soir après le cours, mon professeur de yoga m’a dit qu’il voulait me montrer comment travailler les points de pression. J’ai eu la chance d’avoir des crampes menstruelles à ce moment-là et il m’a fait faire des points qui ont complètement dissipé les crampes et je me suis dit, wow, c’est sûr que c’est mieux que les pilules Midol.

À peu près à la même époque, le fils de Bill, Ian, a été diagnostiqué avec une courbure de la colonne vertébrale et nous avons été envoyés à l’hôpital Sunnybrook pour des radiographies. Les rayons X ont montré que l’os de la hanche de Ian s’était mal ajusté dans l’alvéole de la hanche, ce qui avait pour conséquence qu’une jambe était beaucoup plus courte que l’autre. J’ai demandé à mon professeur de yoga si le travail sur les points de pression pouvait aider Ian, ce qui m’a conduit à ma première formation en réflexologie appelée Vita Flex.

J’ai parlé au professeur de la jambe de Ian et il m’a demandé de lui amener Ian et de lui montrer sur quoi je devais travailler pour équilibrer le déséquilibre qui se produisait alors chez Ian. Il m’a dit qu’il y avait en fait un point d’allongement de la jambe dans la clavicule et qu’en plus de presser ce point, j’avais pour instruction de faire marcher le pouce le long des deux côtés de la colonne vertébrale d’Ian et d’appuyer sur les points des omoplates et de la région des hanches ainsi que sur les réflexes vertébraux des mains et des pieds. Cela me prenait deux minutes par jour et après trois mois, nous sommes retournés à Sunnybrook pour une autre série de radiographies. Ian était complètement normalisé. Nous avons été très impressionnés !

Maintenant, j’étais en route – les arts de la guérison étaient au centre de mes préoccupations et j’étais ravi et impressionné par la sagesse de la manière naturelle d’aborder les déséquilibres du corps, le stress et la tension et d’encourager le corps à retrouver son équilibre. Je ne pouvais pas mettre mes mains sur les pieds des gens assez vite.

RELIER LA RÉFLEXOLOGIE AUX SYSTÈMES PSYCHOLOGIQUES

Au cours de mon voyage, j’ai donné des traitements à des clients tout en terminant mon diplôme en psychologie et en gestion des ressources humaines. Finalement, j’ai commencé à travailler dans le monde de l’entreprise où l’on m’a présenté l’indicateur de type de personnalité Myers Briggs qui examine l’instrument humain en termes de fonctions mentales. En réfléchissant à ce que les yogis affirmaient, nous faisons tous partie du cosmos constitué des mêmes éléments : L’air, le feu, l’eau, la terre, et en reliant cela aux Myers Briggs, j’ai réalisé que les deux systèmes psychologiques avaient beaucoup en commun lorsqu’on regardait l’instrument humain.

Nous pouvons nous considérer comme composés des côtés ou expressions suivants :

Côté mental – lié à l’élément de l’air,

Côté social – lié à deux éléments – le feu et l’eau,

Côté physique – lié à l’élément de la Terre.

Lorsque je travaillais comme formateur dans le monde de l’entreprise, j’ai passé de nombreuses années à explorer, lire et animer des cours qui aidaient les gens à accepter leurs différences avec leurs subordonnés en tant que managers, leurs patrons, les membres de leur famille, leurs coéquipiers et leurs clients.

La réflexologie et les « différences entre les gens » sont donc devenues les deux composantes très passionnantes de mon voyage vers la découverte de soi et j’ai passé mon temps à m’efforcer de répondre à cette question : Comment faire face à ces différences qui peuvent créer des déclencheurs, des tensions et des facteurs de stress en se heurtant à des personnes dont les idées et les comportements sont différents des miens ? Pour moi, la vie semblait se résumer à la manière dont chacun, en tant qu’individu, cherche à satisfaire ses besoins et ses désirs. Prenez, par exemple, l’Homme de paille dans le Magicien d’Oz qui cherchait un Cerveau (la fonction AIR-Mental des idées), tandis que le Lion lâche cherchait le courage (la fonction FIER-Social-Mental des actions), et l’Homme de fer blanc cherchait son Coeur (la fonction EAU-Social-Physique de la subjectivité et des réactions), et Dorothy cherchait sa Maison (la fonction TERRE-Physique de l’abri, de la sûreté et de la sécurité). Tous sur le même chemin mais pour des raisons différentes – il est certain, cependant, qu’ils cherchaient à satisfaire un besoin interne.

CE QUE LES CROYANCES LIMITANTES DE NOS CLIENTS PEUVENT FAIRE

Nous sommes tous des chercheurs qui vaquent à leurs occupations, mais à notre manière, pour tenter de satisfaire nos besoins. Tout au long de ce voyage, nous sommes confrontés à des déceptions, au mauvais et au bon temps, à des hauts et à des bas, à des joies et à des peines. Lorsque quelque chose se produit dans notre vie qui nous cause une certaine tension intérieure, c’est peut-être parce que nous avons un problème auquel nous ne voulons pas faire face ou que nous ne voulons pas traiter. Il est important de faire remonter les problèmes à la surface afin qu’ils ne nous causent pas un problème plus grave. Nous pouvons perdre notre concentration et notre clarté et nous déséquilibrer, non seulement à cause de mauvaises habitudes de vie, mais aussi parce que d’autres personnes peuvent déclencher en nous un schéma inconscient qui cherche à être traité.

Ce que j’ai constaté au fil des ans, c’est que la plupart des déséquilibres corporels liés au stress étaient généralement déclenchés par un événement grave de la vie. Peut-être avez-vous également découvert cela dans votre cabinet de réflexologie. En fait, lorsque je continuais à travailler sur des clients qui venaient pour des traitements autour d’un déséquilibre spécifique, je leur posais la question : quand ce déséquilibre a-t-il commencé ? Inévitablement, un déséquilibre dans le corps a été déclenché par un déséquilibre dans une relation ou une déception au travail ou une sorte de déception de la vie qui a affecté soit le côté mental de nous-mêmes et nos attentes concernant notre vie ; le côté social de nous-mêmes où nous avons perdu les liens avec les autres qui nous ont frustrés ou déçus, ou le côté physique de nous-mêmes où nous n’avons pas respecté nos limites en termes de ressources telles que notre énergie, notre argent ou notre temps.

Limiter les croyances dans la façon dont nous pensons, agissons ou faisons les choses dans notre vie peut être une chose que nous nous sommes fixée à 5 ou 10 ans ou à n’importe quel âge, mais qui peut être des pensées qui continuent à diriger notre vie d’adulte comme : Je ne mérite pas cela. Je ne suis pas assez bon. Qui est-ce que je pense être ?

Ces croyances limitantes et dépassées ont peut-être eu une certaine base pour nous protéger quand nous étions jeunes, mais à mesure que nous avançons en âge et dans notre vie, nous apprenons qu’elles ne nous servent plus. Nous devons d’abord en prendre conscience et ensuite apprécier leur soutien dans notre vie, nous devons les remercier de nous avoir fait partager, mais nous devons aussi travailler avec ces croyances en les élargissant ou en les recadrant de manière à ce qu’elles améliorent notre vie et non pas la restreindre.

Prenez, par exemple, une mère qui a eu un cancer du sein juste après que son fils de 17 ans ait mis une fille enceinte et ait décidé de se marier avec elle. Interrogée sur cet événement, elle a déclaré que le fils était trop jeune et que cela n’était pas juste. Mais que pouvait-elle faire ? Elle se sentait piégée, confuse et malheureuse et, par conséquent, en tant que mère, quel meilleur symbole de la maternité que ses seins. Donc, pour faire face à cette situation à un niveau inconscient, elle ne s’est pas seulement punie elle-même, mais elle a également puni son fils et sa décision en attrapant un cancer du sein. La vie est complexe car nous sommes confrontés à des problèmes personnels profonds et je dis toujours qu’il est impossible de résoudre un problème que l’on ne comprend pas. Les réponses ne sont pas toujours claires, mais si nous pouvons explorer et remettre en question notre façon de penser, nous pouvons faire émerger nos croyances inconscientes et les transformer en mesures puissantes.

En quoi le fait de mieux connaître qui nous sommes nous aide-t-il en tant que réflexologues ? Le corps est connecté à l’ensemble de notre système – les côtés mental, social et physique de nous-mêmes. Nous ne pouvons pas séparer qui nous sommes de ce que nous faisons, de la façon dont nous pensons et dont nous faisons les choses dans notre vie et de la façon dont les choses peuvent nous affecter. La meilleure façon de rester en bonne santé et équilibré est d’être éveillé, alerte et conscient de ce qui se passe à l’intérieur de soi-même ainsi que de la façon dont nous nous adaptons au monde extérieur des événements.

Au fur et à mesure que j’ai grandi dans ma relation avec la réflexologie et avec l’Association canadienne de réflexologie, j’ai enseigné tous les cours, de la réflexologie des pieds aux mains, aux oreilles et à la formation des enseignants pour les trois modalités. J’ai eu la chance que certains étudiants me prennent les trois modalités et je leur ai demandé : quelle est la différence pour vous en recevant la réflexologie des oreilles, des mains et des pieds ? Les réponses m’ont étonné et ces réponses ont permis de mettre en place un système de guérison complet.

Ce que mes étudiants m’ont dit était exactement comme le système de yoga le suggérait. Pour équilibrer le système à l’intérieur, il faut calmer l’esprit (mental), refroidir les émotions (social) et stimuler le corps (physique). En travaillant les oreilles, les étudiants m’ont dit qu’ils se sentaient plus calmes et plus en paix (Mental). En travaillant les mains, les étudiants m’ont dit qu’ils se sentaient aimés et que leurs bouleversements et leurs frustrations disparaissaient et que leurs émotions étaient en fait refroidies (Social). Et en travaillant les pieds, les étudiants ont dit qu’ils se sentaient énergisés et stimulés (Physique).

Viola ! Quelle grande découverte et comment tout cela s’accorde avec le yoga, la réflexologie et la compréhension des préférences de la personnalité. Faisons ensemble un travail en douceur en commençant par les oreilles pour aider à calmer la fonction mentale.

Laissez-moi d’abord vous orienter. Pensez au corps comme à un fœtus à l’envers. Le lobe de l’oreille est la tête et les fesses sont à la partie supérieure de l’oreille.

Commencez par le côté le plus extérieur de votre oreille et, avec votre index et votre pouce, massez comme si vous aviez un grain de moutarde que vous voulez déplacer.

Longez complètement le bord extérieur en massant la zone 1 – La zone 1 est liée aux systèmes d’excrétion et respiratoire.

La zone 2 est liée au système squelettique. Et la zone 3 est liée aux organes internes. Le lobe est lié à la zone tête/pluie et la zone tragus et antitrgaus est liée aux inflammations et aux fièvres. Terminez par la zone réflexe du tragus et de l’antitragus en massant tout le corps. Vous avez peut-être envie de vous endormir maintenant, mais tenez bon, nous allons encore travailler.

Faites le mouvement des ciseaux en frottant de haut en bas avec vos index derrière les oreilles et vos autres doigts devant les oreilles comme si vous teniez votre tête dans la paume de votre main. Charmant. Voici un extrait de mon nouveau livre : La vie bien tempéré : Coach Yourself to Wellness.

Réflexes des oreilles

La partie supérieure de l’oreille correspond à la partie inférieure du corps. L’application d’une pression à cet endroit stimule les réflexes des jambes, des hanches, des cuisses, des organes reproducteurs, des genoux, de certaines parties du système urinaire, des mains et des bras.

La partie moyenne de l’oreille correspond à la partie moyenne du corps. L’application d’une pression à cet endroit stimule les réflexes dans les intestins, l’estomac, le foie, la rate, la vésicule biliaire et une partie du système urinaire.

La partie médiane de l’oreille correspond à la partie supérieure du corps. L’application d’une pression dans cette zone stimule les réflexes dans la poitrine, le sein, les poumons, le haut du cou et le dos.

La partie inférieure de l’oreille correspond à la partie supérieure du corps. L’application d’une pression à cet endroit stimule les réflexes du cou, de la tête et du cerveau.

Passons à la fonction sociale et à l’utilisation de la réflexologie des mains.

MÉTHODE :

1. Frotter et tordre les mains

2. Pressez tous les bouts de vos doigts ensemble 10x

3. Avec votre index, passez tous les cous de doigts

4. Masser les toiles

5. Entrelacez les doigts et appuyez sur la totalité de la zone palmaire

6. Fléchir le poignet et serrer les mains sauvagement

7. Applaudissez et embrassez-vous